24 juin 2014

DIX CHOSES À FAIRE QUAND ON EST BLESSÉ

La blessure est, avec le Pastis, l'ennemi numéro un du runner. N'importe quel coureur régulier est passé par l'état douloureux et frustrant de "blessé". Nous tenons dans cet article à vous aider à surmonter cette situation irritante.

1. Enchaîner les 100m frigo-canapé
Il est crucial de garder la forme. Pour cela, tapez un sprit bref mais dynamique depuis votre canapé pour aller chercher une Force 4 dans le frigidaire. Cela vous aidera à mieux digérer la rétrospective des plus grands moments des quinze dernières années de Stade 2.

2. Faire courir des potes avec son dossard
Si votre niveau est aussi sérieux que vos parents peuvent le penser, vous avez probablement dû renoncer à bon nombre de courses auxquelles vous étiez inscrits. La course à pied est certes un sport individuel, mais faites pour une fois croquer les potos en les invitant à courir avec votre dossard. Ils peuvent vous niquer vos chronos, mais comme ils devront retirer votre dossard à des plombes de chez eux, vous tenez votre revanche.




















3.  Crucifier son P.E.L pour refaire sa panoplie
Comme le disait l'Abbé Pierre, un runneur ne possède jamais assez de paires et n'est jamais assez stylé. Faites un tour sur le net, allez dans vos magasins préférés et achetez ce qui vous plaît. Vous ne pourrez pas mettre vos nouvelles tenues de suite, mais ça vous motivera pour reprendre de plus belle une fois remis sur pied.




















4. Passer une soirée marathon
Impossible d'aller courir dimanche matin, profitez-en. Au comptoir, ce qui compte ce sont les verres que vous avalez, à défaut des kilomètres. Fixez rendez-vous à vos copains, laissez votre cerveau à la maison, et donnez tout de 20h à 8h. Il y a de fortes chances que vous regrettiez le lendemain, mais tant pis c'est toujours une belle perf de faire le tour du cadran.




















5. Tenir un blog sur la course à pied
Un paradoxe caractérise le microcosme des blogs de sport: la plupart des bloggeurs qui les tiennent sont des chèvres en sport. S'il est vérifié avec nous, ce n'est certainement pas votre cas. Profitez de cet avantage concurrentiel certain pour vous lancer et venir bouleverser la hiérarchie du blog game.

6. S'inventer une vie de sneaker addict
Vous l'aurez probablement remarqué, ça fait branché de prendre ses pieds en photo avec des chaussures de running et de les balancer sur la toile avec autant de hashtags qu'il n'y a de grains de riz dans un sachet d'Uncle Ben's. Surfez sur la tendance pour être cool. Un conseil cependant pour ne pas passer pour un ringard: abstenez-vous de publier les photos de vos paires d'Atemi et de Kalenji.




















7. Se persuader qu'on sera plus rapide qu'avant
Fastoche de s'imaginer que les chronos vont tomber devant votre détermination après une longue période d'abstinence. Moins évident de retrouver les cannes et son niveau d'avant le drame. Pas grave, profitez quand même de votre convalescence pour définir votre nouvel objectif. 33'15" sur 10km bah oai.




















8. Aller chez le médecin
Ça peut vous sembler con, mais l'essentiel quand on est blessé reste d'aller voir son Docteur préféré. Voyez avec lui ce que vous avez et appliquez à la lettre ses prescriptions. Faites le bon élève et à la fin de la consultation, demandez-lui discrètement s'il n'a pas quelques amphèts à vous prescrire. Ce sera toujours utile en soirée.

9. Prendre une carte de fidélité chez Flunch
L'avantage quand on est sur le flanc, c'est qu'on peut se lâcher en dehors des pistes. Amenez votre copine ou votre mec chez Flunch, un repas en tête à tête fait toujours son effet. Et en plus c'est légumes à volonté. Faites-vous une orgie de petit-pois, navets et choux de Bruxelles. Terminez-la dans les toilettes de l'établissement.

10. Écrire un article sur 10 choses à faire quand on est blessé
Et oui, chez Jolie Foulée aussi ça nous arrive d'être blessé. Du coup comme on a pas grand chose d'autre à raconter pendant cette période, on s'occupe en rédigeant un article sur les choses à faire pendant une blessure. Deux mois c'est long, mais on reviendra plus rapide qu'avant.

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai récemment vérifié le point numéro 2 et confirme que non seulement le blessé tient sa vengeance quand il s'agira au cobaye d'aller retirer le dossard à trou-perdu-du-bout-du-monde, mais son autre satisfaction plus sadique encore tient dans le plaisir de recevoir les résultats et la photo finish avant son auteur qui lui passera son temps à essayer de connaitre son chrono en vous harcelant de message et en rageant à chaque nouveau poste de résultats de ses amis sur "facedecoureur" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente observation Lucie. Ça sent le vécu.

      Supprimer